AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La libertée d'écrire... Libertée de penser...

Aller en bas 
AuteurMessage
Petite Bulle
Chaton Journaliste & Sous-Fonda' Dactilo. C'est notre star. ♥
Chaton Journaliste & Sous-Fonda' Dactilo. C'est notre star. ♥
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 08/10/2012

Passeport du chat
Pseudo du chat: Petite Bulle
Clan: Clan du Feu
Description...:

MessageSujet: La libertée d'écrire... Libertée de penser...   Jeu 11 Oct - 7:14

N'hésitez pas a commenter, je sais que j'écrit mal, mais j'aime écrire, c'est une passion...


Chaque jour je me réveil me disant, "Quel bonheur de vivre, tout le monde n'a pas cette chance." et pourtant, chaque fois je plonge un peu plus dans les ténèbres de ma voix, ma voix qui ne cesse de me répéter de ne pas m’inquiéter. Mais je m'inquiète, pour toi, ma chérie que j'aime, ma petite chatte qui est la quand je pleure, quand je souffre. Oui, toujours, tu viens dans mes bras pour me réconforter je n'ai pas besoin de t'appeler. Tu sais que je pense a toi tout le temps, en pensées, en paroles. Oui, je t'aime toujours et à jamais. Même si j'ai mis du temps a te trouver, même si a mis du temps a m'accepter, m'accepter dans ta vie bien remplie. De joie et de contraintes, qui t'oblige a ne pas souvent me voir. Mais je garde un simple espoir, jamais je ne t'oublierais, toujours je te penserais. Si tu pars je veux te rejoindre, si tu pars, attend moi où tu seras. Attend moi oui. mais si je pars avant toi, j'attendrais toute une éternité s'il le faut mais je ne t’abandonnerais jamais dans les bras d'une autre personne que moi. Je t'aime tu le sais. Moi, Je ne sais pas se que tu ressens pour moi, mais je sais que tu me comprend quand je pleure tard le soir. Tu es la seule, la seule qui compte a mes yeux. La seule qui me regarde sans voir de différences, sans me repousser vers le fond, le fond d'une vie bien remplie qui me fais chavirer vers les profondeurs de ce ruisseau, si beau ruisseau qu'en découle de l'eau, l'eau pure qui me fais frissonner, qui dans mes yeux fais briller une lueur de désespoir, désespoir de ne jamais te revoir. Car sans toi je replongerais dans les troubles et méfaits, Mais jamais tu n'aurais je coeur a faire une chose pareil. Tu me connais mieux que moi je ne te connais, je sais. Mais chacun choisie sa voie, et la voie que j'ai choisis c'est toi. Toi, oui toi, si belle créature qui hante mes rêves. Qui me regarde et quand je tombe me relève. Quand je tombe en larme tu les essuie, de ta belle queue majestueuse surgit la douceur du coton, la douceur d'une moisson. Je t'aime comme tu es, avec tes défauts même si tu n'en as pas. Tu es la dans mon coeur au plus profond de mon âme tu reposera avec ou sans moi, je veux que tu vive et que tu pense a moi pour toujours...♥





••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••





Chaque matin, je me lève les yeux rouge, la mine abattue d'une pauvre fille. Oui, j'ai pleurer, toute la nuit je l'ai fais, toutes les nuit ça m'arrive. "Pleure ça te fera du bien" disait mon père. Mais non, a moi, ça me brise le coeur et je fond en larmes. Je fais des nuits blanches puis je me lève fatiguée. Pourquoi ça me brise le cœur ? Bah... J'en sais rien, se sont mes sentiments. J'aime ou j'ai aimé, je ne sais pas. Mais en tout cas, le mec que j'ai aimé m'a brisé le coeur tant de fois, je n'ai pas pu le supporter alors j'ai pleurer. Je ne pouvais plus me fier a ma meilleur amie, car c'est elle qui sortais avec lui. Je me suis renfermée sur moi même et je me suis dis que la vie était de la merde. J'ai perdu mon sourire, la joie... mon sourire n'apparaît sue lors de mes crises d'hystérie. Oui, j'ai aujourd'hui des envies meurtrières pourquoi ? Non, pas pour la guerre. Mais contre ces personnes. Je n'ai plus d'amis dans mon trou. Mais un jour, je me baladais sur le net, et je vous ai trouver, j'ai tout de suite renoncer a me suicider, car oui j'y avais pensé mais j'ai tout arrêter. Vous êtes ma deuxième famille, vous êtes ceux pour qui je me bat aujourd'hui. Vous m'accepter comme je suis, avec mes défauts, avec mon coeur brisé en mille morceaux. Vous m'avez accepté malgré mon sale et fort caractère. Oui, car depuis je suis devenue très agressive. Non, pas envers vous, mais envers tous les autres. Tout ces racistes qui se moquent de moi quand je passe devant eux, qui le font mal, mal en dedans. Je n'avais plus le courage de les affronter d'affronter leur regard. Mais avec votre aide, tout a changé et j'ai commencé a me retrouver, oui, la vrai moi. Gentille, serviable et généreuse. Mais je continue de pleurer, pleurer de toute mon âme, pourtant je n'ai rien fais. Ce n'est pas mon qui m'ai choisis, mais la vie. Oui, car je suis chinoise, j'habite a la Réunion, et avec les Créoles, ce n'est pas toujours facile. Non, ce n'est Jamais facile. Mais vous êtes la dans mon cœur et vous me soutenez je le sais. J'ai enfin trouvé des amis des vrai tous unis.

♦By Dactilo, dédié a toutes les personnes
de ce fow'





••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••



La musique, symphonie de toutes les couleurs, oui, j’en joue, du piano plus précisément. Quand je joue, je m’exprime, ma joie, ma colère, mes sentiments sortent pour de transformer en belle et douce mélodie, la mélodie de tes songes. Les songes qu’appelle la douce mélodie, mélodie de tes rêves ou devrais-je dire plutôt, cauchemars. Chaque nuit elles t’appellent, je parle toujours des songes, pour te piéger, piéger dans un trou qu’elle fermera. A double tours pour ne pas que tu t’échappes. T’échapper pourquoi ? pour fuir, fuir ton pire cauchemar, pire cauchemar que tu regrettes d’avoir vecu.

En Cour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La libertée d'écrire... Libertée de penser...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les chemins de la liberté (Peter Weir)
» Révolte interdite et mandat en liberté conditionnelle
» Décret liberté d'association, liberté religieuse
» Extrait de Service-public.fr sur la liberté d'expression
» L'Histoire du Dauphiné par Urbs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
War of the Bubbles :: Partie Détentes :: Ecriture :: Textes-
Sauter vers: